NOW

                        WORKS

                        BIOGRAPHY

                        TEXTS

                        CONTACT

                        DOWNLOAD

                        LINKS

   SARAHFAUGUET ET

 DAVIDCOUSINARD

TIME LINE

Tripode

Rezé _ 2009

Pour le quatorzième épisode de son programme d’expositions « suggestion de présentation », Tripode invite Sarah Fauguet et David Cousinard.

 

Depuis 2004, Sarah Fauguet et David Cousinard ont entamé une collaboration artistique qui oriente leurs recherches vers la création d’environnements sculpturaux où objets et accessoires apparaissent comme les excroissances d’un système fictionnel.

 

« Leur œuvre généreuse n’habite pas l’espace, elle le retourne, le dépèce, l’empêche, elle contre la permanence du lieu pour le rejouer intégralement. Elle affirme une présence qui ébranle nos certitudes sur ce que l’on attend de l’art. À l’évidence, tout cela n’est pas un charmant rendez-vous, c’est une collision frontale qui marque les esprits. » (Guillaume Mansart)

 

Sarah Fauguet et David Cousinard n’hésitent pas à s’accaparer tout entier le volume d’une galerie pour la neutraliser et aménager différents espaces comme une Salle de passage à tabac (L’impasse, Paris, 2004). Tout aussi manifeste est l’installation in situ Johnny vingt-trois (>Public, Paris, 2005) avec entrée, salle de bureaux, salle administrative, où absolument toutes les surfaces des pièces sont recouvertes et les sols surélevés. À l’intérieur de ces espaces cohabitent nombre d’objets factices à la présence ambiguë que l’on peut retrouver à plusieurs reprises dans les installations tels qu’ascenseurs, coffres et conduits en bois, mobilier en plâtre, accessoires (Objets contondants, série de sculptures tournées en frêne, 2004-2005; Protège-dent, bronze 2005) et autres blasons dessinés ou sculptés en bas-reliefs. Tous ces éléments prennent place dans la composition et ménagent des plans au fil d’un parcours ponctué par des ouvertures vitrées ou des miroirs sans tain, des découpages qui participent successivement à la construction d’images au climat inquiet, suscitent des sentiments contradictoires.

 

Embarqué dans un monde agité et décalé, le visiteur se trouve immergé dans la pratique des jeux d’échelles, de l’objet sculptural au monument, ce qui le renvoie inévitablement à la physicalité des matériaux autant qu’à celle du corps.

 

Des installations et des environnements, il subsiste parfois des photographies.

 

Time Line est une nouvelle installation de ce duo artistique, pensée en relation au lieu et produite spécialement pour l’exposition. Composé d’un habitacle à mi-chemin entre l’atelier, antre d’expérimentation, l’ensemble des formes agence un dispositif dont le développement suggère l’idée de la morphogénèse où alternent figures et hybridations et l’élaboration d’un spécimen momentanément inaccessible, l’enceinte d’une vision.

 

La notion de reproduction recouvre de multiples phénomènes. Celui de la métamorphose occupe tout entier le travail de Sarah Fauguet et David Cousinard. L’œuvre rejoue elle-même par une série de déplacements et de substitutions les effets de transfiguration et de prolifération imposée par la reproductibilité d’une image.

Ce pouvoir accordé à la photographie représente un des moments de la constellation Time Line.